Sortie Rétromobile

Dimanche 11 Février, comme depuis de très nombreuses années, le club organise un déplacement en car à l’occasion du salon Rétromobile qui a eu lieu au parc des expositions à Paris en ce dimanche 11 février 2018. Pour la 43ème édition, notre car est presque rempli, la météo est clémente, la journée s’annonce don sous les meilleurs auspices et à 10 h 30, nous entrons dans le salon prêts à nous émerveiller. Le salon est tellement grand, plus de 600 voitures exposées sur 70000 m2, les marchands de pièces détachées et d’automobilia, les artistes automobiles…qu’il est toujours très difficile d’en faire un compte rendu et un résumé. En voici quelques sujets parmi tant d’autres.

RENAULT : Depuis 120 ans, la marque au losange régale les automobilistes de ses voitures à vivre. Ainsi, Renault appartient au club très fermé des constructeurs les plus anciens, seuls Peugeot et Mercédès sont déjà parvenus à souffler 120 bougies. Cette performance rare montre que l’automobile puise ses racines en Europe et plus particulièrement en France.
Renault à eu 3 vies. Celle de son fondateur de 1898 à 1944, celle de la régie nationale des usines Renault de 1945 à 1995 et celle de Renault SA depuis 1995 à aujourd’hui étroitement liée à l’alliance avec Nissan et Mitsubishi.
Depuis 120 ans, Renault par sa créativité et son imagination, contribue largement à l’amélioration et au renouvellement de l’automobile tel que l’on peut le découvrir à travers la très large sélection de véhicules exposés sur un immense stand central.
CITROEN : La 2 CV et la Méhari en fête !  Reconnue pour son audace et son avant-gardisme, la marque aux chevrons célèbre l’anniversaire de 2 phénomènes : la 2 CV et la Méhari, l’une étant l’émanation de l’autre. Ces 2 véhicules uniques en leur genre ont accompagné une longue tranche de vie des Européens. Issue du terroir français, la 2CV fête ses 70 ans. Le projet est lancé en 1936 sous le nom de TPV, très petite voiture. En 1938, les premiers prototypes font leurs premiers tours de roue. Le début des hostilités ajourne le projet et pour ne pas tomber aux mains des Allemands, la quasi-totalité des exemplaires de pré-série est détruite. Seuls 3 d’entre eux survivront et ne seront redécouverts qu’en 1994 dans un grenier du Perche. Finalement ce n’est qu’au salon de l’auto de 1948 que la 2 CV voit le jour. L’engouement est tel qu’après 1950, le délai de livraison atteint 6 ans ! La dernière 2 CV 6 sortira de l’usine de Mangualde au Portugal en juillet 1990. En 42 ans, 5 114 959 exemplaires ont été fabriqués. Il y a cette année 50 ans, soit 20 ans après la naissance de le 2 CV, la firme du quai de Javel étonne encore une fois en lançant un nouveau concept de voiture : la Méhari. Présentée le 16 mai 1968, au golf de Deauville, au milieu des évènements qui paralysent la France, la Méhari se veut un véhicule de loisirs, sans aucune prétention, dotée d’une carrosserie de style Pick-up en matière plastique souple. Elle sera tout de suite associée à un esprit de liberté, de vacances, de loisirs pour les jeunes mais également à un usage beaucoup plus utilitaire pour le milieu rural.
PEUGEOT – La marque Sochalienne fête les 30 ans d’existence du musée Peugeot à Sochaux, en exposant un ancêtre de 1893, mais également de deux routières de premier plan, nées après la guerre, avec les 70 ans de la 203 et les 50 ans de la 504. Dans la vie de la marque au lion, certains modèles comptent double. C’est le cas de la 203 sur laquelle pèse le renouveau de la marque, au lendemain de la seconde guerre mondiale. Les formes rondes de la carrosserie sont inspirées des standards américains et les solutions techniques nous propulsent dans une ère moderne ; coque autoporteuse, suspensions modernes avec des roues avant indépendantes et des ressorts hélicoïdaux à l’arrière, le tout propulsé par un moteur résolument moderne pour l’époque. En 1968, la firme Franc-comtoise change encore de dimension avec le lancement de la 504. Cette berline avec des lignes élégantes, d’un grand classicisme, porte la signature du carrossier Italien PININFARINA. La grande rentrée rapide de la 504 se signale par sa technique moderne ; moteur à carburateur ou à injection, boite de vitesse manuelle ou automatique, 4 roues indépendantes, 4 freins à disques, un intérieur vaste et très confortable….. élue voiture de l’année en 1969, la 504 va connaître un succès commercial sans précédent, prolongé jusqu’en 20056 par la version pick-up produite en Afrique. Sa légendaire robustesse sera consacrée par une moisson de succès dans les rallyes africains.
DS – Une automobile élyséenne. La troisième marque du groupe PSA est une habituée de la cour de l’Elysée depuis l’arrivée du Général de Gaulle au pouvoir. C’est un peu l’histoire de la Vème république qui s’expose sur l’espace dédié à DS ; la DS devient la voiture présidentielle et défile pour la première fois en 1962, celle-ci a été modifiée et est équipée d’un pavillon en toile qui se replie, permettant au Président, de défiler en se tenant debout. Même pour ses déplacements privés le général roule en DS. Il affirmera d’ailleurs que celle-ci lui a sauvé la vie lors de l’attentat du Petit Clamart dont il fut victime le 22 aout 1962. En 1968, l’Elysée commande à Citroën une nouvelle voiture d’apparat qui sera réalisée à partir de la plateforme de la DS et dont la carrosserie profondément modifiée sera confiée aux établissements CHAPRON. Puis Georges Pompidou commanda deux SM décapotables lorsqu’il arriva à l’Elysée, réalisées aussi par CHAPRON, véhicules également utilisés sous les mandats de François Mitterrand et Jacques Chirac, bien que ce dernier apprécie particulièrement le CX prestige. En 2012, une DS5 accompagne les premiers pas (très humides, était-ce déjà un signe) du quinquennat de François Hollande. L’histoire d’amour entre DS et l’Elysée s’est poursuivie en mai 2018, lors de l’investiture d’Emmanuel Macron.
LA FRENCH TOUCH – Le magazine Youngtimers  dédié aux voitures cultes des années 1970-1990 met les voitures françaises à l’honneur. Mais pas n’importe lesquelles, les plus belles, les plus originales, les plus chics et les plus innovantes. On pouvait notamment découvrir sur le stand – Citroën – CX prestige – Matra Bagheera « Courrèges » – Peugeot 406 coupé – Renault Supercinq Baccara – Renault Advantime – Venturi.
EXPO CARLO ABARTH – au cours des 50 dernières années, l’ex pilote suisse Engelbert Moll a constitué une remarquable collection en réunissant les plus importantes voitures de course Abarth des années 1950 à 1990 ; 20 voitures et 4 moteurs sont exposés. En Italie, on le surnomma rapidement le sorcier. La France avait Amédée Gordini, l’Italie avait Carlo Abarth.
HONDA – De la moto à l’auto – La marque a choisi Rétromobile pour ouvrir les festivités des 70 ans de cette marque d’ingénieurs devenu le premier constructeur de moteurs au monde. Si Soichiro Honda se lance dans la fabrication de 2 roues à partir de 1948, la marque commencera la production automobile en 1962, principalement basée sur des modèles de dimensions réduites, équipés de petits moteurs nerveux ; La S500 puis rapidement la S800 avant la toute première génération de Civic, apparue en 1972.
BUGATTI – Le summum de l’exception – A travers ses 2 véhicules exposés, un type 57 et une Chiron, la marque de Molsheim nous rappelle que le grand tourisme est dans ses gênes.
PORSHE – Une ode à la voiture de sport ! – La marque allemande fête aussi ses 70 ans d’existence et rappelle qu’elle a su s’imposer dans le cercle fermé et prisé des voitures de sport. Des records, la marque n’a jamais cessé de les collectionner. Au prix de constantes évolutions, la 911 est diffusée depuis bientôt 55 ans. Aucune autre voiture n’a remporté autant de victoires en compétition et sur toutes les surfaces. Au total, Porsche c’est plus de 23000 victoires en course, 19 triomphes aux 24 Heures du Mans et 3 championnats du monde de Formule 1.
BERLIET – La marque fête le centenaire de sa naissance avant qu’elle ne disparaisse il y a déjà maintenant 40 ans pour prendre le nom de Renault Véhicules Industriels. Ainsi se clôturait une histoire débutée avec Marius Berliet en 1899 et poursuivie par son fils Paul après la guerre. C’est en 1907 que ce constructeur de voitures s’attaquera à la production de camions. A Rétromobile, la fondation Berliet expose « Le Centaure ».  Ce tracteur routier maxi-code avait fait sensation au salon de Paris en 1978 avec son style novateur et ses équipements.
Le MUSEE DES BLINDES – Le musée des blindés présente une rétrospective exceptionnelle des chars Renault dont certains sont uniques au monde. Renault fait partie de l’histoire de la France depuis plus d’un siècle et c’est en 1911 que Louis Renault lance une production de véhicules pour l’armée française. C’est le début de la grande aventure « Renault sous les drapeaux ». En 1918 Renault construit le char léger FT. Le baptême du feu pour le FT eut lieu le 31 mai 1918 au nord de Reims. Leur utilisation permit de repousser les forces allemandes sur l’autre rive de la Marne et de prendre une part prépondérante dans la victoire qui allait suivre.
Le MUSEE DE COMPIEGNE  – Le club des Teufs Teufs et le musée de Compiègne exposent 7 ancêtres pour fêter les 120 ans d’existence de Renault. Ce sont des modèles uniques parmi les plus anciens qui sont exposés pour le plus grand plaisir des amoureux de l’histoire automobile.
Les GRANDES HEURES DE L’ AUTODROME – Sur la passerelle entre les pavillons 1 et 2 a pris place une exposition consacrée à l’autodrome de Linas-Montlhéry baptisée « les grandes heures de l’autodrome ». Crée en 1924, le légendaire autodrome et ses virages relevés à 51° mérite bien son  nom de temple de la vitesse et des records puisque plus de 1000 records en auto, moto ou vélo y ont été battus depuis son ouverture. Plusieurs motos et voitures de record y sont exposées avec notamment la Citroën Rosalie « 300000 kms en 134 jours soit une vitesse moyenne de 93/Kms/H », une Citroën 2 CV Barbot, la Voisin des records de 1927, la Peugeot 404 des records…..
NATIONAL MOTOR MUSEUM OF BEAULIEU – Fidèle à son habitude le British Muséum de Beaulieu expose quelques raretés bien de chez nos voisins d’outre manche – une Argyll de 1913 (constructeur automobile écossais entre 1899 et 1932) en berline de voyage, une Bentley 4.5 litres supercharged 1930 produite à seulement 50 exemplaires, un cyclecar de course GN Martyr Instone Spécial dérivé de la marque GN (Godfrey & Nash) et un autre cyclecar le Morgan Racer Atomic Orange de 1933. Ces deux derniers cyclecars prenant part pour le plus plaisir des visiteurs à des démonstrations dynamiques devant le pavillon 1.
LA VENTE DES VEHICULES – Cette année encore Artcurial Motocars organisait 3 ventes successives d’automobiles et de motos à la provenance exceptionnelle. Mais là, dans ces grandes ventes on est plutôt dans la Cour des Miracles et les prix flambent sans commune mesure. Non, je voudrais signaler l’heureuse initiative de cette année ou l’organisation de Rétromobile mettait à disposition des vendeurs un emplacement Exposition Vente pour des voitures de moins de 25000 €. J’avoue que je me suis plus retrouvé dans mon milieu et que j’ai pris grand plaisir à y circuler et admirer les autos proposées à la vente.
RAGOT DOMINIQUE

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.